|Humeur|: pervers narcissique, harcèlement, nouveau départ et si on effaçait tout et qu’on repartait à zéro ?

C’est bientôt la fin des vacances et après un long moment de déconnexion des réseaux sociaux, c’est pour moi le moment de faire un bilan pour tirer un trait sur le passé et recommencer à zéro.

Depuis que j’ai démarré mon blog ma vie a été pleine de décisions qui ont changé son cours du tout au tout, j’ai réussi à quitter un pervers narcissique, j’ai quitté les études dont je rêvais depuis petite, j’ai commencé d’autres études et j’ai emménagé en kot. J’ai supprimé des gens néfastes de ma vie et j’ai rencontré la personne la plus extraordinaire que j’aurais pu rencontrer. Une série d’événements dont je n’ai jamais parlé sur le blog mais dont il m’est aujourd’hui vital de poser sur le papier afin de tirer un trait. J’ai longtemps hésité à vous écrire sur ces sujets les trouvant parfois trop personnels mais c’est lorsque je partageais parfois sur mon compte Instagram des articles sur ces sujets que j’ai eu énormément de réactions de personnes ayant vécu la même chose. Je trouvais donc intéressant de partager avec vous ce que j’avais vécu et comment j’en étais sortie. Une manière aussi de vous montrer que tout n’est pas toujours rose dans la vie des personnes que vous suivez et que, parfois, il est utile de le faire savoir, que parler de certains sujets peut aider d’autres personnes y faisant également face.

Les pervers narcissiques

Aaah, ce beau phénomène qui prend de plus en plus de place dans notre société. Je pense qu’on a toutes du en côtoyer un à un moment donné. Que ce soit notre copain, le copain de notre meilleure amie ou encore simplement un ami.

Je suis sorti pendant un bon bout de temps avec ce genre de personne. Ce genre de personne qui me paraissait la personne idéale au premier abord et qui s’est doucement mais surement révélée être tout le contraire. Petit à petit, cette personne m’a forcée à me retirer de tout réseau social, m’a forcé à ne plus parler à d’autres garçons, m’a forcé à prendre des distances avec des amies. Selon lui, je n’avais pas besoin d’avoir des amis vus que je l’avais lui. Je ne pouvais pas porter certaines tenues ni faire certaines choses. En gros, c’est rapidement devenu un cauchemar. J’étais continuellement rabaissée. Mais vous allez me dire, pourquoi tu n’es pas partie en courant ? Et bien le problème c’est que ce genre de personne arrive toujours à vous monter dans la tête que c’est la manière d’agir, que ce qu’il fait est juste et que lui fait tout pour vous, blablabla. Et prendre conscience de tout cela est difficile quand on pense que c’est la seule façon de faire. Vers la fin de cette relation, j’avais ouvert mon blog. Je crois que c’est à ce moment là que j’ai eu un déclic, quand il m’a clairement dit que ce que je faisais était de la merde et que je n’étais qu’une pute à like (effectivement, vous avez bien lu). Je regrette de ne pas avoir eu ce déclic des années plutôt.

Aucune fille ne devrait subir ce genre de situation, je le dis car je connais malheureusement des personnes qui sont encore coincées dans ce genre de relation mais tant que la personne n’a pas le déclic, on ne sait pas faire grand-chose. Aucune fille ne devrait être rabaissée ou insultée, au contraire on devrait toutes être avec une personne qui nous pousse vers le haut et nous soutient, qui nous aime à notre juste valeur. Je vous souhaite à toutes de trouver cette personne. Pour ma part, je l’ai rencontré cette année et c’est grâce à lui que j’ai pu mettre toutes mes peurs, mes doutes et mes craintes de côté. C’est grâce à lui que j’ai de nouveau commencer à avoir des rêves et à reprendre confiance en moi. C’est littéralement la meilleure chose qui me soit arrivée ces dernières années. Vous ne devez jamais perdre de vue que vous méritez d’être heureuse et que personne, non personne, n’a le droit de vous faire vivre un cauchemar.

Le harcèlement scolaire

Quand j’étais plus petite, j’ai été victime d’harcèlement scolaire, de mes deux dernières années de primaire à ma troisième secondaire. Tous les matins, j’allais à l’école la boule au ventre, on m’appelait « dents de l’enfer » à cause de mes dents de travers. On me traitait ou me tirait par les cheveux car j’étais « moche ». On me traitait car je n’avais pas les derniers vêtements à la mode et que mon sac Kipling 6 compartiments et moi étions inséparables. J’en ai souffert pendant des années mais je ne pouvais rien y faire. Je n’ai jamais eu d’appareil dentaire car mes parents n’en avaient pas les moyens. Plus tard, quand j’ai commencé à travailler comme étudiante, c’était un de mes projets et puis j’y ai bien réfléchi et je me suis demandé pourquoi je devrais le faire, pourquoi est-ce que la différence n’était jamais acceptée et pourquoi je devrais rentrer dans une case ? On sait tous à quel point les enfants peuvent être cruels entre eux, mais ce qu’on ne m’avait pas dit c’est que les adultes aussi. C’est un événement que j’ai toujours du mal à digérer aujourd’hui et dès qu’on me refait encore des critiques similaires à celles que je recevais cela me met dans tous mes états.

Mais comment gérer les critiques quand on est une personne hypersensible ?

Je suis ce genre de personne hypersensible et je suis une personne éponge. Une personne hypersensible est quelqu’un qui est fragile ou sensible émotionnellement. J’absorbe tous les états et pensées négatives des personnes qui m’entourent et après je me retrouve dans le même état qu’eux. C’est triste à dire mais j’ai dû m’éloigner de certains amis à cause de cela. Notre relation me bouffait mon énergie et mon moral. Je suis une personne profondément gentille, je fais toujours passer les gens avant moi, j’essaie toujours de les rendre un peu plus heureux ou d’avoir une parole gentille souvent à mon dépend. Il faut savoir qu’il y a deux types de critiques, il y a les critiques constructives du genre « ton travail est mauvais car tu fais ci mais si tu faisais cela ça irait mieux » et les critiques non constructives par pure méchanceté et qui cible tous les domaines mais la plupart du temps, il s’agit du physique. Ces personnes qui vous font ce genre de critiques sont soit jaloux soit des personnes profondément méchantes/malsaines. Et la meilleure des solutions est de les ignorer et de les sortir au plus vite de votre vie. Cela ne sert à rien d’être méchant en retour, de toute façon, le karma s’en chargera.

Suis-je trop différente ?

Une personne est dite hypersensible souvent suite à des événements douloureux vécus plus jeune ou souvent une impression de « différence » quant aux relations avec les autres. Pour ma part, ça a été les deux. Je me suis souvent sentie pas à ma place. Depuis petite, j’ai toujours été « attirée » par les personnes plus âgées que moi. Je préférais écouter les conversations de « grands » plutôt que de jouer avec les gens de mon âge. J’ai toujours eu l’impression de me sentir plus vieille tout en aimant et en faisant les choses des gens de mon âge mais je me suis toujours sentie à part. A part ma meilleure amie, tous mes meilleurs potes ont entre 3 ans ou 8 ans de plus que moi. Quand je suis arrivée à l’unif, j’ai eu du mal à trouver ma place, je me retrouvais avec des gens qui avaient entre 2 et 3 ans en moins que moi, pas du tout les mêmes centres d’intérêts ni la même mentalité. Il m’a aussi été difficile de recommencer des études. Lors d’une discussion avec ma meilleure amie dernièrement, on était en train de se rendre compte qu’à l’heure actuelle (si tout c’était passé « normalement ») on aurait été diplômées ou on aurait déjà un boulot.

On voit partout autour de nous des amies ou connaissances qui se marient, se fiancent, ont des enfants ou achètent une maison (pour tout vous dire j’en connais actuellement plus de 20), des potes qui changent de jobs, obtiennent une promotion ou un CDI. Et moi, où j’en suis ?

Je crois qu’il n’y a pas de bons ou de mauvais chemins (il n’y a pas de bonne ou de mauvaise situation, un chocolat pour celui qui reconnaitra la référence), je n’ai pas de regrets d’avoir changé d’orientation et commencé d’autres études. Le seul regret que j’ai, c’est contre cette société et ces mentalités qui sont totalement fermées en pensant qu’il n’existe qu’une seule voie possible. J’ai de la chance d’avoir eu autour de moi des personnes compréhensives et qui n’ont jamais rien remis en question et qui m’ont laissé faire mes choix comme bon me semblait.

J’ai l’impression de ne pas être à ma place et en même temps d’avoir fait les bons choix. Je me dis que si je n’avais pas fait tous ces choix, que si je n’avais pas changé radicalement de vie je n’aurais pas tous ces points positifs dans ma vie. Je n’aurais ni mon blog ni mon compte Instagram, je ne ferais pas des études qui me passionnent, je n’aurais pas connu Anthony et je ne serais pas aussi épanouie.

Et après ?

Et après, tu vas faire quoi ? C’est une question qui revient souvent. Comme je vous en parlais plus haut, il n’y a pas pour moi de chemin prédéfini, chacun a sa vision d’une vie parfaite. Pour certains, c’est faire des études, trouver un job en sortant, avoir un CDI, acheter une maison et avoir une famille et bosser dans la même boite jusqu’à sa pension en menant sa petite vie pépère. Je suis loin de vouloir ce schéma-là. Je ne suis pas quelqu’un qui se projette dans l’avenir, bien sûr j’ai des projets comme partir un an à l’étranger quand j’aurais terminé mes études mais je n’ai aucune idée de comment ma vie sera ou quel genre de job j’aimerais avoir.

Et si on faisait un trait sur le passé ?

J’ai du mal à penser au futur mais malheureusement je n’ai pas de mal à me ressasser le passé. Mais tout ça m’a longtemps pourri la vie et j’ai remarqué qu’en essayant de me centrer uniquement sur le positif autour de moi et le présent, la vie était bien plus belle. Je crois que j’ai eu ce déclic en lisant « ta deuxième vie commence quand tu comprends que tu n’en as qu’une ». Ce n’est habituellement pas le genre de livre que j’ai l’habitude de lire mais quand tout va mal ou plutôt que vous avez l’impression que tout va mal, je vous conseille de le lire.

Si vous aussi, vous êtes passés par certaines de ces étapes je serai ravie de vous aider à en parler,

Je vous embrasse,

Amandine.

2 réponses sur « |Humeur|: pervers narcissique, harcèlement, nouveau départ et si on effaçait tout et qu’on repartait à zéro ? »

  1. Coucou Amandine! Un petit message pour te dire que ton article m’a énormément touché. Tu es une personne entière, et n’oublie jamais que ce sont toutes ces expériences, aussi douloureuses soient-elles qui ont fait de toi la personne que tu es.
    Le bonheur n’est pas une destination mais un état d’esprit et ça fait plaisir de suivre des personnes comme toi, de lire des blogs comme le tien (ça devient rare )! Bisous!

    J'aime

  2. Ton article est super, vraiment.
    D’abord, pour ce qui est du PN, je ne suis pas confrontée directement à ce phénomène car j’ai la chance d’avoir un copain merveilleux, à l’écoute et attentionné depuis bientôt 3ans. Néanmoins, une personne proche de moi vient de quitter il y a peu un PN au bout de deux ans de relation. Et crois moi, à première vue, il parait timide, à l’écoute et attentif mais non, il était manipulateur, malin et méprisant envers elle. Je suis soulagée et rassurée qu’elle soit à nouveau « libre » et plus sereine pour entamer ses études supérieures et donc en quelque sorte une nouvelle vie.
    Pour ce qui est de l’harcèlement, je comprends et suis outrée devant le nombre d’harcèlements, scolaires ou autre.. C’est incompréhensible pour moi et je tente toujours de comprendre comment certains peuvent ressentir autant de jalousie, de haine et avoir un coté malsain envers les autres… La société évolue mais certains comportements semblent « encrés » comme l’harcèlement.. Il faut à tout prix cesser ce phénomène je pense..
    Enfin, sur le sujet des études et d’une voie « unique », je pense que chaque personne sait d’une façon ou d’une autre ce qu’elle doit accomplir, réussir et où elle doit échouer pour ensuite rebondir.. Inconsciemment, je pense qu’on « ouvre » certaines portes et qu’importe le moment où l’on trouve LA bonne voie, elle arrivera un jour où l’autre. Certains trouvent leur voie très jeunes, certains commencent « mal » puis changent de voie, recommencent les études et sont très satisfaits de leurs changements.. En se concentrant sur le positif, on ne peut qu’apporter des choses positives et bénéfiques pour nous, chacun trouve sa voie, peu importe le temps que cela prend, j’en suis certaine.

    Merci pour ton article, il fait réfléchir, est très réaliste, précis et super interessant. Bonne journée ma jolie.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s